Gestion auto-entrepreneur

L’activité d’une micro entreprise jouit de quelques allègements sur le plan administratif. Cependant, cela n’exonère pas l’auto entrepreneur de certaines formalités. Afin de s’assurer d’une bonne gestion et d’une meilleure suivie des activités, il est plus judicieux d’adopter les bonnes pratiques pour une microentreprise.

Obligatoires ou facultatives, nous allons faire un point sur ces formalités.

Les obligations de gestion de micro-entreprise

La gestion de la comptabilité d’une micro-entreprise n’oblige pas l’auto-entrepreneur à tenir une comptabilité complète, ni de faire un bilan de fin d’année. Cependant, la loi l’oblige à compléter deux livres essentiels :

Un livre de recettes enregistrant de manière chronologique, le montant et l’origine des recettes encaissées. Ce registre doit se référer à toutes les pièces justificatives telles que les factures, etc.

Un journal des achats pour les activités de négoce. Ce livre récapitule de façon détaillée tous les achats avec le mode de paiement. Ce document doit se référer aux différentes pièces justificatives.

Ensuite, un chiffre d’affaires annuel supérieur à 10 000€ enregistré durant deux années successives, oblige l’auto-entrepreneur à ouvrir un compte bancaire dédié à ses activités. L’ouverture d’un compte professionnel n’est cependant pas obligatoire sauf pour le statut d’entrepreneur individuel à responsabilité limitée ou EIRL. Pour les particuliers, c’est seulement un compte bancaire auto entrepreneur. L’objectif étant de séparer les comptes bancaires personnels du compte auto entrepreneur pour éviter tout risque de confusion ou d’éventuelle fraude.

Dernièrement, l’émission de facture est obligatoire pour une bonne gestion comptable d’une micro-entreprise. En tant qu’activité professionnelle, l’auto entreprise doit émettre aux clients une facture en bonne et due forme. Ci-après les grandes lignes :

La transmission de facture, au plus tard 15 jours après la livraison d’un bien ou l’exécution d’une prestation.

L’émission de facture en deux exemplaires. Un modèle pour l’auto-entrepreneur et un autre destiné au client.

La numérotation et l’inscription de mentions obligatoires sur les factures. Elles sont en fonction de l’activité de la micro-entreprise. Cela concerne donc le produit ou service vendu, le type de prestation et la transaction concernée. La mention « TVA non applicable » doit aussi y figurer, par l’application de l’article 293 B du CGI. Ce dernier est obligatoire si l’auto-entrepreneur bénéficie de la franchise en base et le numéro de SIREN suite à l’immatriculation.

Le recours à de meilleurs logiciels de gestion

Un suivi rigoureux des activités oblige l’auto-entrepreneur à utiliser un ou plusieurs logiciels de gestion d’une micro-entreprise. Cet outil est important pour :

Suivre les bons de commandes et de livraison.

Établir un devis avec un bon suivi. Le devis est un outil juridique permettant de prévenir tout risque de contestation future des factures.

Suivre les encaissements.

Établir des factures.

Relancer des impayés.

Prévoir des projets à venir.

Améliorer les consommations en matières et consommables.

Anticiper tout problème, des difficultés financières et autres.

La souscription à une assurance : une nécessité

L’auto-entrepreneur est responsable des dommages engendrés durant l’exercice de son activité. Facultative, la souscription à une assurance responsabilité civile professionnelle est un outil important dans la gestion d’une micro-entreprise. Elle permet de se protéger d’éventuels sinistres causés par les activités.

Toutefois, pour certaines activités, il est nécessaire de souscrire à quelques assurances particulières :

L’assurance responsabilité civile pour une activité faisant recours à l’usage d’un véhicule ou pour une activité d’agence de voyages. Sachez que certains sites de mise en relation entre travailleurs indépendants et entreprises fournissent une assurance responsabilité civile lorsque vous passez par leur intermédiaire. C’est le cas par exemple de JobRepublik

L’assurance décennale pour auto-entreprise dans le cadre d’une activité dans le BTP.

Comment développer son activité ?

Une fois votre statut d’auto-entrepreneur en poche, sachez que le développement d’une activité n’a jamais été aussi simple grâce à la multiplication des sites permettant de trouver des missions proches de chez soi. Par exemple, un site comme JobRepublik permet de mettre en relation entreprises en recherche de main d’œuvre ponctuelle et travailleurs indépendants. L’inscription est gratuite et le site couvre de nombreux secteurs et types de missions.

La création d’une micro-entreprise est une alternative pour tout le monde, de se lancer dans l’univers entrepreneurial en toute simplicité. Cependant, soyez toujours à l’affût des changements annuels de ce régime. Avant de vous lancer, renseignez-vous au mieux sur la nécessité et les formalités adaptées à votre activité.

Notre partenaire Union auto entrepreneur a une page dédiée à ce sujet.

En savoir plus sur l’auto-entreprise sur le site de l’URSAFF :URSAFF